Green IT et accessibilité
Développez votre site web Numérique Responsable

Livre Green IT et Accessibilité

Ce site est un complément du livre Green IT et accessibilité - Développez votre site web Numérique Responsablede Hervé BOISGONTIER aux Éditions ENI. Il permet de garder le contact avec les lecteurs, d’apporter des compléments et de mettre à jour des informations au fur et à mesure des évolutions du web.

Éditions ENI

Ils en parlent...

Ce livre engagé, mais surtout concret et pragmatique, peut à la fois être mis à la disposition des collaborateurs de la DSI et servir aux managers à éduquer plus largement sur ce que signifie réellement un numérique responsable et accessible, au-delà même de l'organisation IT.

Aurélie CHANDEZE - Rédactrice en chef adjointe du magazine Le Monde Informatique Lire l'ensemble de la critique

Clair et très bien illustré, son approche nous permet d’envisager des solutions efficaces pour réduire l’empreinte environnementale et sociale des sites internet. Le travail d’Hervé Boisgontier a été mené dans un souci constant d’éclairer le développeur et il faut saluer ce parti pris utile et pratique.

Vincent COURBOULAY - Directeur scientifique de l'Institut du Numérique Responsable Lire la préface du livre

Clair, accessible, beaucoup de bonnes pratiques, je conseille vivement ! 👌

Marie BASTIDE - Fondatrice de Pollen & Co-fondatrice du collectif Good IT ! - Numérique Responsable Voir le poste LinkedIn

L’ouvrage Green IT & accessibilité d’Hervé Boisgontier est un guide pratique pour tout développeur web. Il introduit avec grande clarté et pragmatisme à un développement web plus léger et accessible. Son parti pris reste l’application de bonnes pratiques mais aussi l’explication de l’importance de les mettre en place. Truffé d’exemples concrets, ce livre est un compagnon quotidien pour ceux souhaitant concevoir et développer des services numériques plus responsables.

Alizée COLIN - Fondatrice Le bon digital - Responsable communication Digital For The Planet ! Voir l'article

Ce livre d’ Hervé Boisgontier est un « must have » et un « must read » ! Un indispensable tout simplement !

Christophe AUBRY - Dirigeant de l'auto-entreprise Netplume - Formateur et rédacteur technique Voir le poste LinkedIn

Avant-propos

Le sujet de ce livre me tient tout particulièrement à cœur. Il me permet de faire l'union entre mon métier de développeur et mes convictions personnelles pour un développement durable et une société plus solidaire. Mes recherches pour écrire ce livre m’ont fait découvrir des situations que vivent certaines personnes.

D’une part, des personnes, dont des enfants, qui travaillent dans des conditions inhumaines dans des pays africains pour extraire des minerais nécessaires pour fabriquer nos équipements électroniques ou bien qui brûlent sans aucune protection ces mêmes équipements cette fois-ci en fin de vie afin d’en extraire quelques métaux précieux. Nous ne nous rendons pas compte à quel point notre appétit de gadgets technologiques a des conséquences désastreuses.

D’autre part, j’ai découvert des témoignages de personnes handicapées pour qui le numérique est une formidable promesse qui peut lever une partie de leur handicap. Le numérique permet par exemple à une personne paraplégique de commander ses courses sur internet. Souvent ces personnes ont une force de caractère, un courage et une volonté hors du commun. Malgré ces grandes qualités, ces personnes ne peuvent pas profiter de cette promesse du numérique si les services numériques ne sont pas accessibles.

De part ma nature, je n’ai pas souhaité trop développer dans ce livre ces problématiques (il existe beaucoup de livres, de documentaires ou d’actions de sensibilisation sur le sujet) mais plus m’étendre sur les solutions à y apporter. J’essaie d’avoir une approche très pragmatique et concrète. Dans la mesure du possible chaque élément présenté est expliqué et mis en œuvre à l’aide d’un exemple pour que vous puissiez facilement à votre tour les implémenter dans vos sites web.

Ce livre s’adresse à tous développeurs et développeuses ayant des connaissances de base en HTML/CSS/Javascript et désirant améliorer ses pratiques en matière d’écoconception et d’accessibilité numérique.

Le livre s’ouvre sur un premier chapitre introduisant les différentes facettes du numérique responsable, afin de bien comprendre les enjeux et l’importance de développer nos sites à la fois de manière plus écologique et conçus pour être accessibles à tous. Le deuxième chapitre indique comment auditer un site internet à la fois pour faire un état des lieux, mais également pour l’améliorer et enfin pour attester de son niveau de green IT et d’accessibilité. Le chapitre suivant sur la conception du site est central puisque de cette étape dépend en grande partie la réussite du site aussi bien d’un point de vue green IT qu’accessibilité. Les chapitres suivants détaillent pour chaque élément de contenu des sites (textes, navigation, images, médias audio et vidéo, tableaux, cartes, documents à télécharger, formulaires…) les bonnes pratiques à utiliser et surtout comment les mettre en œuvre. Les deux chapitres suivants sont axés sur le green IT pour montrer comment effectuer des traitements les plus efficaces et économes possibles sur le navigateur et sur le serveur web ainsi que sur le serveur de bases de données. Enfin, le dernier chapitre traite de l’hébergement et du paramétrage du serveur web.

Enfin, je profite de cet avant propos pour remercier toutes les personnes qui ont permis la réalisation de cet ouvrage : Vincent COURBOULAY qui a eu la gentillesse d’écrire la préface ; Audrey MANIEZ et Jean-Pierre VILLAIN d’Access42 pour la qualité de leur formation; Florent LÉVÈQUE pour le partage de son expérience d’utilisateur aveugle ; Claire BOISGONTIER, mon épouse, pour son soutien et sa relecture; les équipes des éditions ENI (Julie POTIER, Manon RAFFIN, Juliette PY, Émilie VILLETORTE, Jérôme GABILLAUD, Katelle LETERTRE, Amélie DELFIEUX…) d’avoir cru dans mon projet de livre et de m’avoir accompagné.

Préface

Début Aout, à l’heure où j’écris ces lignes, l’Humanité a déjà vécu le jour du dépassement. Ce jour marque le moment où nous vivons en quelque sorte à crédit sur les ressources naturelles de la planète. Une date qui arrive de plus en plus tôt dans l’année : 29 décembre en 1970, 11 octobre en 1990 et 29 juillet en 2021. Dans le même temps, on parle de méga sécheresse, méga incendie, de catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes. Dans l’Ouest des états unis, le niveau d’eau du lac Mead est le plus faible jamais enregistré et menace cette réserve artificielle qui fournit de l’eau à 40 millions de personnes. On parle depuis 30 ans d’un monde, d’une Europe ou d’une France prête pour le défi du monde d’après « d’ici à 10 ou 15 ans » et toujours rien ou presque. Notre échec est immense.

Il existe un acteur économique qui contribue de façon insidieuse à cet état de fait, le numérique.

Je fais partie de cette génération que l’on appelle la computer génération, aveuglée par des promesses de monde meilleur et dorénavant plus clairvoyante. J’ai vu apparaitre Internet et le Web, j’ai connu un monde sans Google ou les smartphones, j’ai connu les premiers abonnements internet cher et limité et désormais je ne sais plus travailler sans eux. J’ai l’impression d’avoir vécu un bouleversement comme nos ainés en avaient connu avec l’arrivée de l’électricité. J’ai eu la chance de connaitre une révolution pacifique majeure dans une Europe sans guerre. Mon cerveau s’est vite habitué à cette vision d’un monde de paix où la technologie faisait communiquer les Hommes et rendait le savoir accessible à tous. Désormais, passer l’utopie, reste la réalité, souvent sombre et violente. Car même si les technologies de l’information sont à l’origine d’avancées et d’apports technologiques et sociaux incontestables, la révolution digitale a mis une partie de l’humanité à nu au profit de quelques-uns.

Derrière une image immatérielle et écologique, cette révolution a un impact majeur tant sur l’environnement que sur les sociétés. J’ai l’habitude de dire que le numérique a une vision d’avance mais plusieurs morales de retard.

Car aujourd’hui le numérique c’est plus de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, plus que l’aviation civile, une empreinte environnementale équivalente à 2 à 3 fois celle de la France et à 180 millions de véhicules. Souvent, nous ne comprenons pas que smartphone pollue, car la majorité des impacts à déjà eut lieu lors de sa fabrication, avant d’avoir la jolie boite en carton recyclé posée sous le sapin. Celle-ci s’appuie sur des technologies particulièrement polluantes dans des pays où les législations sont défaillantes et repose sur le travail de dizaines de milliers de travailleurs parfois encore des enfants, pour extraire les minéraux nécessaires. Sur les soixante-dix matériaux nécessaires à la réalisation d’un smartphone, en ajoutant le pétrole et le charbon, impactent quasiment tous la planète. Pollutions de l’air, des sols, des eaux, destruction des écosystèmes, épuisement des ressources, la liste est impressionnante. Impressionnante aussi la quantité d’énergie nécessaire pour faire fonctionner tous ces équipements. Rien qu’en France, le numérique consommait en 2015 environ 56 TWh, ce qui représente environ 12 % de la consommation électrique du pays. L’association NégaWatt estimait récemment que la consommation électrique du numérique devrait augmenter de 15 TWh d’ici à 2030, soit 25 % en plus par rapport à 2015 et porterait ainsi la part du numérique à environ 15 % de la consommation électrique du pays. Le jeu en ligne consomme déjà plus, en Californie, que la puissance appelée par les chauffe-eaux électriques, les machines à laver, les laves vaisselle, les sèche-linges ou les cuisinières électriques.

Comment en est-on collectivement arrivé là ? Comment l’utopie d’ingénieurs rêvant d’un monde meilleur, plus ouvert, interconnecté, créatif et décentralisé est-il devenu un modèle de surveillance ultra-capitaliste, centralisé et formaté. Comment a-t-on laissé une poignée d’entreprises maitriser les services, les systèmes d’exploitation, les données, les infrastructures de calculs et de transports de la donnée ? Comment a-t-on pu laisser quelques sociétés faire voler en éclats les règles du travail ou d’accès à l’information ?

Mais surtout comment reprendre la main ?

L’objectif du livre d’Hervé Boisgontier est de nous proposer une approche concrète pour reprendre en main le numérique dans le cadre de la réalisation d’un site internet. Depuis l’audit jusqu’au choix de l’hébergeur, son livre est un condensé d’informations pratiques et simples à déployer.

Clair et très bien illustré, son approche nous permet d’envisager des solutions efficaces pour réduire l’empreinte environnementale et sociale des sites internet. Le travail d’Hervé Boisgontier a été mené dans un souci constant d’éclairer le développeur et il faut saluer ce parti pris utile et pratique.

Aborder l’accessibilité autant que le green IT, l’automatisation et la navigation, l’hébergement comme les bases de données, permettra aux techs d’embrasser l’étendue des possibles pour agir pour un numérique responsable.

Alors qu’est-ce qu’on attend ?

Vincent Courboulay
Maître de conférences à La Rochelle Université
Directeur Scientifique de l’Institut du Numérique Responsable

Sources : iNUM : impacts environnementaux du numérique en France